gherissih@yahoo.com
   
 
  Home welcome مرحبا

Salut à tous!

Mr Rakeb et Mr Hamzaoui  APICULTEURS AMATEURS
vous invitent à explorer leur modeste site concernant cet étrange et cher insecte: L'ABEILLE
Tout en remerciant  Oustedh Moulaï qui nous a aidé à faire des recherches utiles.









Quels sont nos objectifs ?

    Nous souhaitons faire partager notre passion des abeilles, sensibiliser un maximum DE BEES LOVERS  à l’activité apicole aux travers d’une formation théorique et pratique. Notre plus grand bonheur serait finalement de donner l’envie et les moyens à chacun de posséder et s'occuper de sa propre ruche.
    La théorie, nous l’enseignons grâce à des cours illustrés, .  Les thèmes abordés jusqu’à présent sont :
  •     Les bases de l’apiculture et l’écologie de la ruche
  •  La vie de l’abeille
  •     Le matériel apicole et les activités de l’apiculteur au fil des saisons
  •     Les produits de la ruche
  •   Les ennemis et parasites de l'abeille.
    Cette prise de contact avec le monde des abeilles se déroule pendant l’hiver période où les abeilles sont en repos à l’abris du froid. Nous réalisons également à ce moment là des ateliers pratiques destinés à familiariser les membres du club avec le matériel et avec les opérations récurrentes de l’apiculteur comme le montage de la cire sur les cadres.
 
    Quand arrivent enfin les beaux jours, vers fin mars nous pouvons enfin transmettre la technique que nous acquérons auprès de professionnels, et permettre aux étudiants d’ouvrir une ruche, de manipuler les cadres de diagnostiquer l’état des colonies tout cela dans la plus grande convivialité. Nous sommes en contact avec des personnes très compétentes chez lesquelles ont peu effectuer des sorties pédagogiques et notamment découvrir l’élevage de reines et la production de gelée royale.
    
     
 
 
 
Les produits de l'abeille.
Le pollen:
 Le pollen que tout le monde connaît pour l'avoir vu voler au vent est la "poussière" fécondante des fleurs. Il est indispensable aux colonies d'abeilles, c'est en quelque sorte le "pain" des abeilles. Sans lui, il n'y aurait pas de nourriture pour le couvain et les larves ne verraient jamais le jour. Les abeilles récoltent le pollen en le triturant avec leurs pattes pour en faire des pelotes. En travaillant à toute vitesse, elles laissent toujours un peu tomber de cette fine poussière. Une partie du pollen se retrouve ainsi sur le pistil des fleurs. Certaines plantes auto-stériles ou auto-fertiles sont fécondées.
Les courants d'air transportent les grains de pollen dans tous les sens. Les abeilles, en revanche, ne fréquentent que des plantes d'une même espèce en même temps. Elles accélèrent la pollinisation des fleurs, et c'est pour cela abeille récoltant du pollenque leur rôle dans la nature est primordial.
Pour convaincre les sceptiques, certaines expériences ont été réalisées sur des arbres fruitiers. Certains étaient recouverts de filets aux mailles très fines interdisant l'accès aux abeilles. En plaçant des ruches à proximité, on a constaté que les arbres qui recevaient la visite des abeilles avaient de beaux fruits car les ovules étaient tous fécondés. Ceux recouverts de filets portaient des fruits rabougris, car les grains ne parviennent pas tout à fait à maturité. C'est d'autant plus important que les cerisiers, les pommiers et les poiriers ne peuvent se féconder qu'en se croisant entre eux.
Il existe beaucoup d'autres insectes pollinisateurs dans la nature : guêpes, bourdons, papillons. Mais les abeilles sont tellement plus nombreuses que la comparaison ne tient pas. A titre d'exemple, une colonie d'abeilles peut visiter à elle toute seule plus de 5 millions de fleurs par jour.
La masse de pollen récoltée dans une ruche peut atteindre 25 kg en une seule saison. Il arrive même parfois que les butineuses ramènent plus d'un kilo de pollen dans la journée. Quand on sait qu'il faut environ 150 pelotes pour faire un seul gramme, on se rend mieux compte du chemin parcouru par les butineuses...
Le pollen récolté par les abeilles est riche en vitamines et en protéines. Il contient des acides aminés, des sels minéraux et des oligoéléments. Pour l'abeille, le pollen est essentiel au fonctionnement des glandes pharyngiennes de l'ouvrière. Bien que les besoins en pollen d'une colonie soient élevés, il est possible de récolter ce produit sous certaines conditions et en quantités limitées, au moyen de trappes spéciales installées auabeille et son pollentrou du vol de la ruche (on force les abeilles à passer sur une grille où elles se prennent les pattes et donc perdent leur pelote de pollen). La masse de pollen récoltée dans une ruche peut atteindre 25 kg en une seule saison. Il arrive même parfois que les butineuses ramènent plus d'un kilo de pollen dans la journée. Quand on sait qu'il faut environ 150 pelotes pour faire un seul gramme, on se rend mieux compte du chemin parcouru par les butineuses...
Le pollen sert en particulier à la fabrication de préparations médicales et de produits cosmétiques. Au cours des congrès récents et des symposiums de l'organisation internationale APIMONDIA, il a été fait état d'un grand nombre d'expériences qui montrent comment le pollen peut servir comme produit fortifiant en général, en cas de neurasthénie, pour stimuler l'appétit et pour d'autres applications dans le domaine de la santé humaine. Plusieurs pays ont commercialisé un mélange de miel et de pollen.
La propolis:
  La propolis est un produit à ne pas négliger car son importance comme matière première croît de jour en jour. Elle se récolte assez facilement. Il suffit de gratter les cadres ou des grilles spéciales placées à l'intérieur de la ruche (à la place du plateau couvre-cadres). Les Romains en faisaient commerce. Les Incas l'utilisaient pour soigner la fièvre. De tous temps, c'est un produit dont on s'est servi en médecine populaire. On redécouvre aujourd'hui ses vertus surtout dans les pays de l'Est où l'apithérapie (utilisation en médecine de tous les produits dérivés de la ruche) est à l'honneur alors qu'en Occident, on semble encore s'en désintéresser. Outre la abeilles ventileusesmédecine, la propolis servait également dans la fabrication des vernis pour instruments de musique. On pense d'ailleurs que le secret des grands luthiers italiens résidait dans l'emploi de la propolis qui donnait une sonorité spéciale aux violons. Stradivarius connaissait certainement ce produit miracle, mais il a emporté tous ses secrets dans sa tombe.
On utilisait aussi la propolis pour soigner les plaies et certaines maladies de peau, pour cacheter les bouteilles et pour cirer le matériel apicole. C'est un excellent produit antirouille. On en mettait également sur les meubles et les cercueils. C'est d'ailleurs de là que vient sans doute cette belle légende voulant que les abeilles accompagnent les apiculteurs décédés, au cimetière. On pense aujourd'hui qu'elles se déplaçaient plutôt pour lécher le cercueil du maître, parce que le vernis qui l'enduisait était fabriqué avec de la propolis...
Les vertus cicatrisantes de cette résine sont un peu oubliées. C'est dommage, car la propolis pourrait remplacer avantageusement beaucoup d'autres médicaments. On explique, par exemple, que c'est un excellent produit pour soigner les blessures. On pourrait dire qu'une solution alcoolique de propolis pourrait remplacer le mercurochrome dans l'armoire
Les abeilles récoltent des substances résineuses, sur les bourgeons de certains arbres. Elles les mélangent avec les secrétions de leurs propres glandes, de la cire et du pollen et utilisent ce produit qu'on appelle la propolis au colmatage de fissures, à la fixation d'éléments mobiles et au lissage de surfaces rugueuses, à l'intérieur de la ruche. C'est donc une sorte de mastic particulièrement collant et robuste. La récupération de ce produit est relativement facile. Dans certains pays, la propolis, qui possède une grande propriété bactéricide, est utilisée dans la fabrication de préparations médicinales. Dans ce domaine, la propolis est devenue l'objet de recherches intensives.
La cire:
Si vous pouviez vous glisser à l'intérieur d'une    ruche  , vous seriez très surpris de constater quelle est la méthode utilisée par les abeilles pour construire des rayons de cire toujours parfaitement parallèles, et ceci quel que soit le lieu où elles se trouvent, dans une ruche, une cheminée ou l'intérieur d'un tronc d'arbre ou même dans l'espace.
La construction des rayons:
Une petite abeille en train de naître...Elles commencent toujours par le haut en se suspendant les unes aux autres par les pattes arrières. Elles forment ainsi des sortes de longues chaînes sur lesquelles coulent les gouttes produites par les glandes cirières. Si vous observez un rayon de cire nouvellement construit, vous verrez qu'il est d'un blanc parfait. Ce n'est qu'après qu'il se colore selon le pollen ou le miel récolté. En vieillissant, il devient brunâtre, noirâtre, dur comme du bois. Les abeilles finissent d'ailleurs par déserter les vieux rayons. En regardant de profil, on voit très bien les cellules parfaitement imbriquées les unes dans les autres de chaque côté d'une feuille centrale et surtout elles sont lègèrement inclinées pour éviter que le miel ou le nectar ne s'en écoule. C'est un détail à ne pas oublier en période de récolte, car il faut parfois retourner les cadres dans l'extracteur pour obtenir tout le miel contenu dans les alvéoles.
Pour ralentir leur instinct bâtisseur, on fournit aux ouvrières des rayons déjà pré-construits. Dès que le nettoyage est effectué, elles peuvent donc se lancer dans la production de miel, but final de tous les apiculteurs. L'économie est évidente car les abeilles consomment environ 10 à 12 kg de miel pour produire 1 kg de cire. Comme les cires ont cependant tendance à noircir en vieillissant, il faut changer de temps à autre les cadres les plus sombres, car les abeilles rechignent de plus en plus à les utiliser. Tous les ans de mon coté, j'effectue une rotation, c'est à dire que j'introduit 2 cadres neufs au milieu et je décale ainsi de façon à supprimer les 2 cadres situés sur le bord de la ruche. En 5 ans tous les cadres du corps de la ruche sont renouvelés et la reine dispose ainsi de cadres neufs dans le milieu de la ruche.
Quand on n'a pas de rayons de cire bâtis, on place des cadres garnis d'une feuille de cire gaufrée dans laquelle sont imprimées des formes d'alvéoles (un peu comme le fond d'écran que vous pouvez observer sous ce texte !). Pour limiter la construction des cellules de mâles (plus grosses), les feuilles de cire gaufrée représentent toujours des cellules d'ouvrières. Remarquez que quand les abeilles veulent fabriquer des alvéoles de faux bourdons ou mâles, elles y arrivent toutefois fort bien...
La chaudière est chargée de cadres à fondre...A la fin de l'hiver je récupère toute ma vielle cire provenant d'anciens cadres, celle aussi des opercules (qui cachètent les alvéoles où se trouve le miel dans les cadres de hausses) que j'ai enlevé au couteau électrique au moment de la récolte du miel et je fond le tout mélangé avec de l'eau dans un grand faitout, la cire fondant à 65 degrés (faire bien attention au débordement au moment de l'ébulition, car la cire liquide pourrait tomber sur le réchaud et s'enflammer). Je filtre cette "soupe", laisse refroidir bien lentement et je récupère la galette de cire qui surnage au-dessusFondue par la vapeur, la cire s'écoule... de l'eau. Cette cire est vendue ou échangée contre des plaques de cire neuve alvéolée gaufrée qui sera montée sur des cadres pour ainsi remplacer les anciens dans la ruche. Les anciens cadres de ruches sont fondus dans une chaudière à cire en inox prétée par Robert, copain apiculteur. Cette chaudière peut contenir une douzaine de vieux cadres. La chaudière fonctionne comme un bain Marie à la vapeur d'eau bouillante. Elle comprend une première cuve en inox (dans laquelle on introduit 15litres d'eau qui sera portée à ébulition) puis une autre intérieure plus petite et moins haute sur laquelle un tuyau en son centre va récupérer la cire fondue pour l'amener à l'extérieur. Un panier-filtre vient s'encastrer dans cette deuxième cuve intérieure. C'est dans ce panier que sont disposés les cadres à fondre. La vapeur bouillante va circuler autour des vieux cadres et fondre la cire qui s'échappe par un orifice central associé à un tuyau pour évacuer la cire fondue à l'extérieur. Un récipient disposé sous cet embout recueille la précieuse cire fondue et épurée. Quel beau recyclage écologique!!!
Conserver les cadres en dehors d'une ruche et de ses abeilles nécessite des précautions pour éviter l'attaque de la teigne (du moins de ses larves) qui vont creuser nombre de galeries dans ces belles alvéoles afin de chercher de la nourriture. Trés vite les rayons sont détruits par les larves et pour supprimer cet intrus il faut soit les plonger dans un congélateur et les laisser séjourner pendant plusieurs jours à moins 15 degrés ou bien les laisser baigner dans les vapeurs de SO2 d'une mèche soufrée qui va tuer les larves (mais pas les oeufs du papillon géniteur).
 
La gelée royale:
  Les industries pharmaceutiques et cosmétiques utilisent les principes actifs de la gelée royale à leur profit. Jusqu'à l'âge de trois jours, toutes les larves d'abeilles reçoivent une gelée royale de composition transfertuniforme. Seules les larves des cellules royales continuent à en recevoir jusqu'à leur transformation en nymphe. Ce nourrissement exclusif mène au développement des reines, plus grande que les ouvrières, qui s'en distinguent en outre par leur pouvoir de reproduction et une durée de vie potentielle plus longue. Jusqu'à l'âge de ± trois jours, les abeilles peuvent modifier la destination d'une larve d'ouvrière: en continuant à nourrir cette larve avec de la gelée royale, elle deviendra UNE RIENE dotée d'une longue vie. Beaucoup de chercheurs se sont efforcés d'utiliser ces forces « magiques » de la gelée royale au profit de l'homme. Malgré tout, nous ne connaissons pas encore, même aujourd'hui, la composition exacte de la gelée royale. Pourtant, une chose est certaine: les composants aident à l'activation et à la régularisation de notre métabolisme, mais sans faire de miracles.

La reine.

  C’est la " mère " de la ruche car c’est elle qui donne naissance à toutes les abeilles. Elle est la seule féconde de la ruche. Elle est reconnaissable à sa taille plus longue que celle des ouvrières, elle atteint 18 à 20mm (contre 14 à 15mm pour les ouvrières). Son abdomen est très développé et contient des organes génitaux complets. Ses organes de succion et de récolte du pollen ou du nectar sont pratiquement absents. C’est " la fonction qui crée l’organe " disait Darwin… quand la fonction n’existe pas, l’organe s’atrophie. Elle sécrète de nombreuses phéromones dont l’influence s’avère extrêmement importante pour l’organisation de la colonie en favorisant le butinage, la construction de la cire ou l’élevage du couvain. Sa simple présence maintient la cohésion et la stabilité de la colonie.La reine et ses abeilles

Sa couleur est souvent différente de celle des abeilles avec souvent des reflets chauds ou bronzés, elle a une démarche très lente et ne se déplace qu’entourée d’une cour qui l’escorte, la lèche et prend grand soin d’elle. (voir phéromone)

Pourtant elle se repose peu et passe son temps, non pas à commander ou donner des ordres, mais à pondre : une vrai machine à pondre. Parfois elle pond plus de 2000 œufs certains jours, disons un toutes les 45 secondes (voir renseignements). Et il Abeille et mâle en grande discussion !en faut de l’énergie pour pondre tout cela : c’est plus que le poids de la pondeuse, et rien que en une seule journée, soit prés de 300 milligrammes. Pour pondre tout cela il faut nécessairement une bonne et abondante nourriture concentrée. Les abeilles sont autour d’elle pour y pourvoir. Langue à langue elles nourrissent la machine à pondre en lui transfusant une bouillie provenant de leurs glandes cervicales. Cette reine va ainsi vivre prés de 5 ans. Elle aura libéré plus d’un million d’œufs et c’est dans la nature un exemple de fécondité qui n’est surpassé que par de rares espèces. Cette fécondité n’est pas éternelle et passe par un maximum au moment de sa deuxième année puis décline après la troisième pour être réduite pendant la 4ème. En fin de vie, il arrive qu’elle devienne " bourdonneuse ", c’est à dire qu’elle ne donne naissance qu’à des mâles (ou faux bourdons). Dans ce cas les œufs ne sont pas fécondés car la reine a épuisé la provision de liqueur séminale de sa spermathèque et ne pond alors que des œufs sans spermatozoïdes qui ne vont donner que des mâles. Elle se comporte comme une reine non fécondée et ce sera la perte de la colonie. Il n'y a plus assez de naissance pour assurer la relève. Les abeilles vont vite sans rendre compte et s'en débarrasser sans pitié en élevant une autre reine à partir d'un de ses oeufs. La vieille ne sera plus alimentée et devra s'enfuir avec un bon paquet d'abeille: c'est l'essaimage.

Il y a donc intérêt pour l’apiculteur de ne conserver que des reines jeunes et productives, il aura aussi intérêt à stimuler la ponte de façon à libérer en trois ans la totalité des œufs. Ainsi une reine qui a été excellente devient très vite épuisée.

Au cours de son existence, la reine est fécondée une fois par plusieurs mâles. Il faut savoir que les spermatozoïdes sont des êtres vivants qui vont rester prés de 5 ans dans la spermathèque de la reine. Elle pond un seul œuf palarves et oeufs dans des alvéolesr cellule et commence sa ponte au centre d’un rayon (cadre) propre et bien nettoyé. Avant d’y introduire son abdomen elle y plonge la tête afin de s’assurer que la cellule est propre. L’œuf est posé verticalement, le petit bout adhère au fond et le gros bout s’élève dans l’axe de l’alvéole (sur cette photo, au centre, on distingue bien trois oeufs verticalement disposés dans trois alvéoles). A deux jours il s’incline de 45 degrés et à trois jours il repose sur le fond de la cellule. Ensuite il en sort un tout petit ver, ou larve. Une nourriture abondante à base de gelée royale et des soins minutieux amèneront dans 21 jours une abeille adulte qui aura un poids de plus de 1375 fois le poids du petit œuf (100 œufs pèsent 12 milligrammes, une larve en fin de croissance 140 milligrammes). Dans l’année la ponte est irrégulière, une interruption intervient en période hivernale, la photopériode semble le facteur le plus plausible pour expliquer cet arrêt de ponte.


La fabrication d'une reine.

  Les abeilles choisissent au hasard quelques larves (de moins de trois jours d'existence) à qui elles donnent une nourriture spéciale appelée gelée royale. C'est un produit blanchâtre, gélatineux et à la saveur un peu acide que les nourrices fabriquent grâce à des glandes qu'elle possède dans la tête. Cette nourriture tonifiante offre la propriété extraordinaire de transformer n'importe quelle larve d'abeille en reine potentielle, capable d'être fécondée par des mâles. C'est une sorte de sirop miraculeux ! Cette gelée royale, et en fait la nourriture de base de toutes les jeunes abeilles qui en absorbent jusqu'au troisième jour de leur naissance, époque à laquelle se joue de la sélection. Seule la reine aura le droit à cette gelée royale toute sa vie. Avec cette potion elle sera adulte dans seize jours au lieu de 21 jours pour une abeille. Les nourricières seront obligés de fabriquer unLa reine alvéole,spécial plus grand que les autres pour accueillir cette larve qui va grossir à vue d'oeil. Cette cellule royale est facilement reconnaissable : c'est une sorte de gland ou de cacahuète pointé vers le bas. La veille de la naissance de la reine, les ouvrières rongent la cire  de cet alvéole, la reine en faisant autant de son côté pour se libérer. Sa première tâche sera de massacrer ses concurrentes qui n'ont pas eu la chance de naître plus tôt, elles seront piquées à mort par la jeune reine, à coup de dard. Les ouvrières évacuent ensuite les cadavres à l'extérieur de la ruche.
 Quelques jours après la reine quitte la ruche. Elle prend son vol, aussitôt poursuivi par une masse de faux bourdons. L'accouplement aura lieu en plein ciel, vers 100 à 200 mètres. L'étreinte est brève et le pauvre époux en retombe le bas-ventre déchiré... une reine peut avoir une dizaine de rapport avec les mâles, le temps que sa spermathèque soit bien remplie de millions de spermatozoïdes. Rentrée au logis, la mère s'installe très vite à la tâche: dès le deuxième jour elle commence à pondre.
 Afin d'éviter les aléas des amours en plein vol, certains apiculteurs ont recours à l'insémination artificielle des reines. Ainsi on peut choisir la race de sa reine.

Welcome to Bees world مرحبا فى عالم النحل
 
Advertisement
 
Mr Rakeb et Mr Hamzaoui
 
Tout en remerciant Oustedh Mouley de son aide.
Explorer le Monde des Abeilles
 
Gherissih@yahoo.com
 
la colonie des abeilles

les ouvrieres

les males

la reine

les predateurs

Le Miel

La gelée Royale




Mecheria Naama 45100









































































 
Today, there have been 5 visitors (6 hits) on this page!
=> Do you also want a homepage for free? Then click here! <=
Mecheria Wilaya de Naama